Ossuaire de Douaumont

L’Histoire de l’ossuaire de Douaumont

Partager l'article :

La construction de l’ossuaire

L’Ossuaire a été bâti en 1932 grâce à Monseigneur Ginisty, évêque de Verdun. L’idée lui vient au lendemain de l’armistice de 1918 alors qu’il se rendait sur le champ de bataille de Verdun ou les corps et ossements de milliers de soldats jonchent le sol…

Il exposa alors son projet de sépulture et créa en 1919, avec le soutien du général Valantin et de la princesse de Polignac, un comité afin de récolter les fonds nécessaires à la création de l’ossuaire.

Monseigneur Ginisty parcourra la France et le monde à la recherche de fond et il réussit à récolter la somme de 15 millions de Francs grâce à la donation de 122 villes Française et 18 villes étrangères. Si vous vous rendez sur place vous pourrez admirer les armoiries de toutes les villes donatrices sur le pourtour du monument.

La construction démarrera le 22 août 1920 et les deux premières pierres furent posées par le Maréchal Pétain, président d’honneur du Comité de l’Ossuaire. La construction durera 12 années et l’ossuaire fut inauguré le 7 août 1932 par le Président de la République Albert Lebrun.

Le bâtiment devait faire 180 mètres de long mais n’en fera que 137 mètres à cause du coût trop élevé des fondations. La tour elle fait 46 mètres de haut et permet d’avoir une vue sur la nécropole et les nombreux champs de bataille, il est d’ailleurs possible de monter à son sommet lors de visite guidée. La tour dispose également d’une cloche en bronze, l’une des plus imposante du département et qui est surnommée “Bourdon de la Victoire”.

A l’intérieur de l’ossuaire nous retrouvons de part et d’autre de la tour lanterne 46 tombeaux qui représentent les différents secteurs du champ de bataille de la Bataille de Verdun. Sur les murs de l’ossuaire nous pouvons apercevoir le nom de milliers de soldats mort lors de la Première Guerre Mondiale, peu importe la bataille ou la nationalité, l’on y retrouve d’ailleurs le nom de quelques soldats Allemands. A l’heure actuelle il est toujours possible de faire figurer le nom d’un proche à l’intérieur de l’ossuaire de Douaumont et le coût sert à l’entretien du site.

Le respect des cultes

L’ossuaire dispose également à l’intérieur d’une chapelle financé par les dons des catholiques Français et étrangers, au départ il y avait également un projet de synagogue et mosquée à l’intérieur du monument mais faute de financement elles n’ont pas vu le jour. Cependant un monument à la mémoire des Juifs et un monument à la mémoire des Musulmans mort lors de la Bataille de Verdun ont été érigés de part et d’autre de l’ossuaire. Si vous effectuer la visite guidée vous apprendrez deux “anecdotes” concernant la chapelle de l’ossuaire de Douaumont.

Le tombeau vide du Maréchal Pétain

La première anecdote est que la chapelle, en plus du tombeau de Monseigneur Ginisty dispose d’un tombeau vide qui était réservé au Maréchal Pétain souhaitant être enterré au milieu des Poilus, cependant pour ses faits de guerre lors de la Seconde Guerre Mondiale et de la France de Vichy il en est décidé autrement.

L’hommage aux combattants

La deuxième c’est que les Verdunois et habitants des alentours pour la messe de Noël se rendent à pied à la chapelle en hommage aux combattants de la Bataille de Verdun.

Depuis mai 1996 l’ossuaire et la nécropole sont classés aux Monuments Historiques.

Pour vous donner quelques chiffres sur l’ossuaire et la nécropole de Douaumont ainsi que de la Bataille de Verdun :La Bataille de Verdun dure 300 jours, du 21 février au 19 décembre 1916 et fait 300 000 morts et environ 400 000 blessés.

La nécropole se compose de 16 000 tombes de soldats identifiés le reste des ossements non identifiés se trouvent dans les soubassements de l’ossuaire et sont visible à l’extérieur du bâtiment depuis le parking au travers de petites lucarnes.

Si vous passez par Douaumont je vous conseille vivement de faire la visite guidée de l’Ossuaire.

Partager l'article :

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.